about banner

Comment aider quelqu’un qui est en deuil Par Dr Bill Webster

Je serais ravi d’aider, mais je ne sais pas quoi dire ou ce que je devrais faire. Je suis sûr que beaucoup d’entre nous ont vécu ces sentiments. Nous entendons dire qu’un ami ou un voisin a eu une perte. Nos pensées vont immédiatement vers eux et nous aspirons à être un peu de réconfort ou d’’assistance, mais nous ne savons pas quoi faire ou quoi dire. Souvent parce qu’on a peur ou on est incapable d’aborder le sujet, nous pouvons ne rien dire. Pour la personne en deuil, il peut sembler qu’il y a peu de compréhension ou de soutien.

Voici huit suggestions concrètes quant à la façon dont nous pouvons aider les gens qui vivent une perte de façon positive et constructive et les soutenir au moment qu’ils en ont de besoin.

1) Soyez là:

Notre première réaction est souvent « Que puis-je faire? » Et c’est merveilleux. La plupart d’entre nous voulons faire quelque chose pour aider à enlever la douleur de la perte. Les gens vont offrir toutes sortes d’aide pratique, comme apporter de la nourriture, prendre soins des enfants et de nombreux autres exemples. Pourtant, souvent, ce qui est nécessaire est que les gens soient seulement présents et ne rien faire. Comme aidant, nous devrions prendre l’initiative de prendre contact. Rappelez-vous que le survivant est en état de choc et ne fonctionne pas très bien. Ils peuvent ne pas être en mesure de répondre à vos offres « Laissez-moi savoir s’il y a quelque chose que je peux faire? » Ils ne savent pas ce dont ils ont besoin. La première chose est de tendre la main, établir des contacts et être là. Ne vous inquiétez pas à propos de ce que vous allez dire ou faire. Il peut venir comme une surprise, mais je me souviens effectivement très peu de ce qui m’a été dit à la maison funéraire. Ce que je me souviens est que certaines personnes étaient là et leur présence fait toute la différence. Soyez vous-même. Le don de présence est le plus important pour les gens dans la douleur.

2) S’il vous plaît écouter:

Une des bonnes choses dans les jours précédant une funérailles est l’occasion pour les gens de parler de la mort et des événements entourant le décès. Malheureusement, ce processus se termine souvent peu de temps après le service funéraire. La recherche a démontré que le facteur le plus important dans l’échec de la résolution de la douleur est l’absence ou l’inadaptation de soutien social. Les gens ont simplement besoin de parler … ce qui signifie que d’autres doivent écouter. En fait, il est préférable de dire que les gens ont besoin de parler et de répéter l’occasion de revivre la vie et la mort de la personne. Vous trouverez peut-être qu’ils répètent la même histoire encore et encore. Encourager ça. Aussi difficile que cela puisse être pour l’auditeur, car chaque reviviscence de ces événements est un autre pas qui est fait. Souciez-vous  assez pour reconnaître la douleur de la personne. Donnez-leur la permission de parler avec des questions comme: Pouvez-vous me parler un peu de la mort? Qu’est-ce qui s’est passé? Parlez-moi de lui ou d’elle. Comment l’avez-vous rencontré? Que faisait-il / elle? Qu’est-ce qui se passe depuis la mort? Comment vont les choses? Comment allez-vous? Quelles sont certaines des luttes ou des défis? Savoir quand fermer votre bouche et quand il faut ouvrir vos oreilles. La capacité d’écoute est simple telle que le maintien de contact avec les yeux, se penchant en avant et hocher la tête peut encourager le survivant à s’ouvrir. Les messages importants « Vous ‘êtes plus importante et ce que vous dites est important, et je veux entendre tout ce que vous me dites. »

3) Interpréter un comportement « normal »:

Il est important de comprendre ce qu’est la douleur et comment elle se manifeste. Nous saurons alors ce qui est normal. Le deuil est une réaction émotionnelle à une perte significative. Il se manifeste de plusieurs façons, à des degrés plus ou moins importants et sous diverses formes. En termes simples, le deuil est imprévisible. C’est ce qui rend la normalité si difficile à définir. Qu’est-ce qui est normal? Pourquoi deux personnes différentes peuvent réagir à la douleur de manière complètement différente et les deux être considérées comme normales? Notre réponse de la douleur est un mélange unique de nombreuses émotions. Certaines d’entre elles comprennent le choc, l’incrédulité, l’engourdissement, la tristesse, la confusion, l’anxiété, la dépression, la culpabilité, la colère, la solitude, le désespoir, l’impuissance, la frustration, l’irritabilité, le ressentiment, la fatigue, les troubles du sommeil, des symptômes physiques, et réduisent l’estime de soi. Toutes ces émotions sont normales. Les gens dans la douleur, ne comprennent pas cette explosion émotionnelle qu’ils peuvent éprouver, souvent ils pensent qu’ils sont fous. Ils ne le sont pas! Ils sont normaux. Ils peuvent avoir besoin d’aide pour comprendre tous leurs sentiments, ce qui est OK. Vous ne pouvez pas être un médecin ou un psychologue, mais si vous pouvez aider les gens à voir qu’ils sont normaux dans leurs sentiments de peine, vous serez leur meilleur remède. Par ailleurs, il y a d’autres messages qui vous aideront à comprendre davantage le processus du deuil.

4) Le droit d’avoir un sentiment de chagrin:

Je tente de ne jamais dire «je sais comment vous vous sentez » à la personne, parce que je ne le sais pas. Comment puis-je savoir comment ils se sentent. Tout ce que je sais est ce que je ressentais quand le chagrin a touché ma vie. Les gens disent ces mots avec de bonnes intentions, mais la personne en deuil ne les apprécie pas souvent. Dire que je sais comment une personne se sent en quelque sorte minimise leur expérience. La perte est unique pour le survivant. Les sentiments de chagrin sont uniques, influencés par de nombreux facteurs autour de la relation, et les circonstances. Bien sûr, j’ai perdu ma femme, et je me souviens comment je me sentais … mais quelqu’un d’autre peut sentir tout autre chose, et nous avons besoin de valider cela. Nous devons laisser savoir à la personne, il est OK de pleurer. Le chagrin est source de confusion pour les gens pour de nombreuses raisons. Il se manifeste par des comportements apparemment insolites et inhabituels. Les messages que les gens obtiennent parfois sont qu’ils devraient « être forts ». Ils peuvent être à la recherche de l’autorisation d’être en chagrin. Ils nous demandent de manière cachée s’ils peuvent exprimer ce qu’ils ressentent vraiment. Pour dire à une personne de ne pas pleurer quand elle a les yeux plein de larmes est de leur refuser le droit d’avoir du chagrin. Dire qu’ils doivent être forts, ou que la vie doit continuer, ou même de changer rapidement de sujet à quelque chose de plus gai, donne le message que le chagrin et ces sentiments ne sont pas acceptables pour nous. Peut-être que nous disons simplement que nous ne pouvons pas le gérer, ce qui est assez juste. Mais si nous voulons être un soutien, nous devons leur assurer que cela ne nous dérange pas s’ils pleurent, ou tempêtent, ou démontrent de la colère ou affichent des émotions associées au deuil. Laissez les gens savoir que vous les acceptés comme ils sont en ce moment … que vous acceptez leur faiblesse et leur vulnérabilité … que vous ne cherchez pas à les «réparer» ou leur dire qu’ils devraient faire mieux. Il y a souvent un moment critique entre amis quand les voix se brisent, les lèvres tremblent, et les larmes viennent aux yeux. En ce moment, dire peu ou rien, mais atteindre, toucher la personne, peut-être par une main douce sur le bras, et lui faire savoir qu’il est OK de se laisser aller et d’exprimer la douleur qu’elle ressent.

5) Tolérer des réponses colériques:

Soyez prêt à faire face à plusieurs réactions de colère ou des explosions. Ce n’est pas nécessairement le reflet de ce que vous essayez de faire. Ne vous fâchez pas, en retour, et ne renoncez pas à la personne lorsque cela se produit. Le problème avec la colère est qu’elle ne s’oriente pas toujours dans la bonne direction. Les survivants peuvent être en colère avec des médecins, des ministres, des directeurs de funérailles, des amis … en fait presque tout le monde. Ils sont en colère pour une raison simple. Nous ne pouvons pas leur donner ce qu’ils veulent le plus, soit, le retour de la personne qu’ils ont perdu. Quelque chose est arrivé qui ne peut pas être modifié, autant que nous le souhaiterions. Les sentiments d’impuissance autour d’une telle situation conduisent les gens à être en colère. Ils sont en colère parce qu’ils ont été laissés. Mais où envoient-ils leur colère ? Sur celui qui est dans la ligne de feu quand la frustration déborde. Nous devons être clairs. La personne n’est pas en colère contre nous, même si ce n’est pas facile à comprendre. Nous devons être réalistes quant à l’aide que nous pouvons offrir. Nous ne pouvons pas prendre la douleur de la personne. Malgré tous nos efforts, nous ne pouvons pas remédier à la situation à leur satisfaction. Cela ne signifie pas que nous ne pouvons rien faire … cela signifie simplement que nous devons être réalistes.

6) Donner l’espoir au survivant:

Sans minimiser la douleur et la difficulté de la douleur, nous devons donner de l’espoir au survivant. Espérons qu’un jour, la douleur se résorbera. Espérons que la vie aura à nouveau un sens. Espérons que Dieu a un but dans tout cela, même si nous ne pouvons pas le voir en ce moment. Espérons que la vie un jour y donnera un nouveau sens. Un tel sentiment d’espoir apportera réconfort, la prise de conscience que les choses iront mieux, et qu’ils trouveront la grâce et la force de continuer. Voilà pourquoi les groupes de soutien peuvent être si utiles. Ils montrent aux gens dont la perte est récente que d’autres ont survécu à l’angoisse et l’agonie, et trouvent de nouvelles significations pour leur vie. Même si les endeuillées ne ressentent pas, à ce moment là, qu’il y a une possibilité de récupérer et une lueur d’espoir au bout du tunnel. Donner l’espoir dans le deuil consiste à constamment rassurer que tant qu’ils travaillent avec courage, la douleur se calmera et la vie va continuer. Il peut être un rappel que la force est souvent puisée dans la faiblesse. Mais la confiance que nous plaçons dans la personne qui sera forte leur donnera le courage et la confiance dans les moments ou le doute survient.

Rappelez-vous toujours que le deuil prend du temps. Les gens ne passe pas tous à travers le processus au même rythme. Plus souvent qu’autrement, le chagrin prend beaucoup plus de temps que la société le croit ou le permet. Nous avons souvent des attentes irréalistes envers les personnes qui vivent un deuil. Nous attendons d’eux qu’ils s’en remettent beaucoup plus rapidement. Alors qu’il est stipulé que les réactions intenses de douleur vont se résorber dans les six à douze mois, il est également largement reconnu que certaines choses peuvent prendre des années à être résolues. Il appartient à la personne en deuil de fixer le rythme de leur propre voyage. Nous, leurs amis et la famille, ne pouvons marcher avec eux sur ce voyage. Nous ne pouvons pas le vivre à la place des gens ou prendre les décisions à leur place, ou essayer de fixer le rythme de leur voyage. Mais nous pouvons être avec eux. Nous pouvons marcher à côté et leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls. Ils ont un ami, et ils seront reconnaissants pour cela. Nous aurons fait une différence dans la vie de quelqu’un.

Et, après tout c’est la plus grande récompense.

© 2021 Complexe Funéraire Héritage. All rights reserved.